Cercle vicieux des régimes

Lorsque j'ai un problème de poids, je mets en place des comportements que je juge plus sains et conformes à une bonne conduite alimentaire = 1. Je fais RÉGIME.

Exemples de règles de bonnes conduites :

- Prendre un petit déjeuner copieux

- Faire un repas léger le soir

- Ne pas sauter de repas

- Prendre 3 repas par jour

- Eviter les aliments gras et sucrés qui font grossir...

2. Je ressens frustration, absence de plaisir, très fort désir de manger, découragement…

3. J’abandonne le régime, je craque sur les fameux aliments interdits et en excès, je mange de plus en plus, je comble le manque, je n’y arrive plus…Je reprend mes kilos, parfois davantage...

4. Je vis très mal cet échec… Je ressens de la déprime, de la culpabilité, le sentiment d’être nulle, du découragement…

Puis je veux de nouveau perdre du poids : c'est ce que l'on appelle le cercle vicieux des régimes, trop souvent responsable de l’échec de vos nombreuses tentatives d’amaigrissement. Ce cercle est dangereux à la fois pour la santé (à cause des kilos chaque fois repris et du phénomène de « yoyo ») et pour le moral (déception voire dépression à l’arrivée).

Please reload

Dessin de Gally illustratrice de bande dessinée

Restriction cognitive

"Position mentale que l'individu adopte à l'égard de ses aliments dans le but de réduire ses apports caloriques" (Herman et Mack, 1975)

Jean-Philippe Zermati, médecin nutritionniste, définit 4 stades de la restriction cognitive :

1. Légère : les sensations alimentaires sont correctement perçues mais sont délibérément ignorées

"Je sais que j'ai faim mais je décide de ne pas ou plus manger"

2. Modérée : les sensations alimentaires sont encore perçues mais ne peuvent être respectées.

" Je sais que je n'ai pas ou plus faim mais je ne peux m'empêcher de manger"

3. Sévère : les sensations alimentaires ne sont plus perçues. Seul le contrôle cognitif est possible, ce sont les règles qui priment.

"Je ne sais plus si j'ai faim ou assez mangé"

4. Décompensée : les émotions prennent le contrôle du comportement alimentaire.

Restriction cognitive et émotions

1. L'anxiété vis à vis de la nourriture

  • La peur de manquer "comme si c'était la dernière fois que je mangeais"

  • La peur d'avoir faim : c'est l'ennemie qui risque de me faire manger les aliments interdits

2. La frustration et la culpabilité

  • La frustration augmente les quantités que je mange lors des pertes de contrôle

  • La culpabilité diminue les quantités que je mange lors des périodes de contrôle

3. Le trouble du réconfort

L'anomalie n'est pas de chercher à se réconforter en mangeant. Elle est de ne pas y parvenir = incapacité à se réconforter en mangeant.

Comment faire ?

1. Travailler mes croyances alimentaires en les aliments autorisés et interdits

2. Travailler mes sensations alimentaires

3. Travailler la gestion des mes émotions


N'hésitez pas à en parler à la psychologue.

Please reload